Personne :
Jolin, Marc

En cours de chargement...
Photo de profil
Adresse électronique
Date de naissance
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Fonction
Nom de famille
Jolin
Prénom
Marc
Affiliation
Université Laval. Département de génie civil et de génie des eaux
ISNI
ORCID
Identifiant Canadiana
ncf11860467
person.page.name

Résultats de recherche

Voici les éléments 1 - 2 sur 2
  • Publication
    Accès libre
    Renforcement en cisaillement des dalles épaisses en béton armé : étude expérimentale et numérique
    (2012-07-05) Jolin, Marc; Fiset, Mathieu; Mitchell, Denis; Bastien, Josée
    Le système structural de plusieurs ponts peut être associé à dalle épaisse en béton armé. Avec l’augmentation des charges routières ainsi que la dégradation des matériaux, certains de ces ouvrages doivent maintenant être renforcés en cisaillement. Le but de ce projet est d’étudier le comportement des dalles épaisses renforcées par divers types de renforcements et de déterminer une méthode de calcul de ce renforcement. La méthode de renforcement étudiée consiste à percer une ouverture verticale dans la dalle, y insérer une barre d’armature et la retenir par différentes méthodes d’ancrage. Les premiers résultats expérimentaux montrent que le renforcement d’une dalle peut accroître sa résistance en cisaillement de 49%. L’outil d’analyse par éléments finis Vector2 va permettre d’étudier les principaux paramètres influençant le comportement des dalles. Les premiers résultats expérimentaux ainsi que les modèles numériques y étant liés sont présentés.
  • Publication
    Restreint
    Conception avec prise en compte de la corrosion
    (2007-05-01) Jolin, Marc; Bissonnette, Benoît; Conciatori, David; Marchand, Jacques
    La corrosion des barres d'armature est la première cause des interventions de remise en état sur les ouvrages en béton armé. Dans le domaine des ouvrages d'art routiers, cette corrosion est initiée dans la majorité des cas par la présence de chlorures provenant des produits salants utilisés pour déneiger les routes en hiver. Alors que le phénomène de corrosion en présence d'ions chlorures est relativement bien connu, l'effet du microclimat et l'importance de l'exposition d'un élément en béton armé sur le transport des ions chlorures à travers le béton d'enrobage ne sont pas encore bien compris et modélisés. Plusieurs modèles permettent aujourd’hui de décrire l’évolution physico-chimique d’agents agressifs dans le béton armé et leur interaction avec l’eau et la température, et donc de prédire l’évolution des détériorations. L’aspect non déterministe de la problématique de la corrosion peut également être pris en considération dans ces modèles complexes et donner une idée sur l’incertitude d’apparition de dégâts structuraux. Cette évaluation plus fine des risques de détérioration par corrosion permet de constituer une base objective de dimensionnement à la corrosion, de discussion et de concertation entre maîtres d'oeuvre et spécialistes de la maintenance des ouvrages.