Personne :
Bussières, Ève-Line.

En cours de chargement...
Photo de profil
Adresse électronique
Date de naissance
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Fonction
Nom de famille
Bussières
Prénom
Ève-Line.
Affiliation
Université Laval. École de psychologie
ISNI
ORCID
Identifiant Canadiana
ncf11851001
person.page.name

Résultats de recherche

Voici les éléments 1 - 3 sur 3
  • Publication
    Accès libre
    Language problems among abused and neglected children : a meta-analytic review
    (Sage Publications, 2016-02-21) Bussières, Ève-Line.; Sylvestre, Audette; Bouchard, Caroline
    Research data show that exposure to abuse and neglect has detrimental effects on a child's language development. In this meta-analysis, we analyze studies (k = 23), to compare the language skills (receptive language, expressive language, pragmatics) of children who have experienced abuse and/or neglect with the language skills of children who have not experienced abuse and/or neglect and to examine whether age or type of maltreatment moderate the relationship between maltreatment and language skills. Results confirm that the language skills of children who have experienced abuse and/or neglect are delayed when compared to children who have not experienced abuse and/or neglect. Compared to older children, young children seem particularly vulnerable to abuse and neglect. No significant differences were demonstrated concerning the type of maltreatment suffered by the child. These findings support the necessity of early detection of language problems in abused and neglected children as well as early intervention in order to implement interventions that will positively stimulate their development
  • Publication
    Accès libre
    Facteurs associés aux idées suicidaires chez les joueurs pathologiques en traitement à l'interne
    (2002) Bussières, Ève-Line.; Ladouceur, Robert
    Cette étude vise à identifier les facteurs associés aux idées suicidaires chez une population de joueurs pathologiques en traitement à l’interne. Quatre-vingt-quatorze joueurs (âge moyen=40,67; homme=72.6%) participent à cette recherche et sont répartis en deux groupes, selon leurs idées suicidaires entretenues au cours des 12 derniers mois. Trente-quatre (35,8%) participants indiquent ne pas avoir eu d’idées suicidaires, et soixante (63.2%) participants rapportent avoir éprouvé des idées suicidaires. Les variables étudiées incluent: statut d’emploi, état civil, problèmes financiers (dettes de jeu), symptômes dépressifs, abus de substance, consultations antérieures. Les résultats suggèrent que les joueurs ayant eu des idées suicidaires au cours de la dernière année obtiennent un indice de dépression (BDI) significativement plus élevé (M = 26.18, ET=12.63) que les joueurs pathologiques n’ayant pas éprouvé d’idées suicidaires (M - 20.06, ET=T0.93). Ces résultats soulignent l’importance de considérer les symptômes dépressifs dans l’évaluation des joueurs excessifs.
  • Publication
    Accès libre
    Stress maternel prénatal et développement précoce : données de naissance, attention et sécrétion cortisolaire à trois mois : association entre le stress maternel prénatal, l'âge gestationnel et le poids de naissance du bébé : une méta-analyse d'études prospectives : association entre le stress maternel prénatal, l'attention/éveil et la sécrétion cortisolaire de l'enfant à trois mois
    (2012) Bussières, Ève-Line.; Tarabulsy, George M.
    L'objectif de cette thèse de doctorat consiste à étudier les effets du stress maternel prénatal sur le développement de l'enfant en début de vie, plus particulièrement sur le poids de naissance, l'âge gestationnel et l'émergence des caractéristiques émotionnelles à l'âge de trois mois. Dans un premier temps, une méta-analyse a été effectuée portant sur les effets du stress maternel en période prénatale sur l'état de naissance de l'enfant. Cinquante et une études prospectives ont été retenues dans la présente méta-analyse. Les résultats suggèrent que le stress maternel prénatal est significativement associé à l'état de naissance (poids de naissance et âge gestationnel), mais la taille d'effet est très faible {d = -.02). Cette association semble être plus importante lorsqu'on considère l'anxiété spécifique à la grossesse (d = -.16). Toutefois, les tailles d'effet étant très faibles, ces résultats invitent à nuancer les conclusions quant à l'existence d'un effet de programmation du stress sur ces caractéristiques de naissance. Dans un second temps, une étude empirique a été réalisée dans le but d'examiner la contribution des variables prénatales et postnatales dans l'association entre le stress maternel prénatal et les caractéristiques émotionnelles de l'enfant, documentées au moyen d'une mesure d'attention/éveil et de la sécrétion cortisolaire. Les résultats suggèrent que l'état de stress de la mère en contexte prénatal et l'anxiété de la mère en contexte postnatal exerceraient des effets indépendants sur la sécrétion cortisolaire basale des nourrissons de trois mois. Le patron cortisolaire serait par ailleurs associé à l'anxiété maternelle postnatale seulement. Finalement, l'état de stress prénatal, les événements de vie et la sensibilité maternelle contribueraient ensemble à la prédiction de l'attention du nourrisson à trois mois. Globalement, ces résultats suggèrent non seulement que le contexte prénatal est associé au développement émotionnel en bas âge, mais ils soulignent également la contribution du contexte postnatal à l'émergence des caractéristiques émotionnelles des nourrissons. À la lumière de ces résultats, il apparaît souhaitable que les études futures