Personne :
Vogh, Kendall

En cours de chargement...
Photo de profil

Adresse électronique

Date de naissance

Projets de recherche

Structures organisationnelles

Fonction

Nom de famille

Vogh

Prénom

Kendall

Affiliation

Département de langues, linguistique et traduction, Faculté des lettres, Université Laval

ISNI

ORCID

Identifiant Canadiana

ncf11913429

person.page.name

Résultats de recherche

Voici les éléments 1 - 1 sur 1
  • PublicationAccès libre
    Ressources linguistiques et visée référentielle chez des individus bilingues français-anglais : l’alternance codique comme stratégie d’expression sur le plan lexical
    (2018) Vogh, Kendall; Courbon, Bruno; Beaulieu, Suzie
    L’alternance codique est un comportement langagier incontournable partout où il y a du multilinguisme. Elle est aussi un phénomène complexe dont une description juste ne sera possible que par la mise en commun d’une diversité de traditions empiriques et épistémologiques. Cependant, elle n’est qu’exceptionnellement abordée dans une perspective où l’on tient compte de ce que le locuteur exprime sur le plan sémantique au moyen de ses alternances. Cette étude vise à combler cette lacune en mettant sur pied une méthode d’analyse des occurrences d’alternance codique qui permettra de prendre en compte les possibles intentions référentielles du locuteur, et ce, dans un cadre d’analyse qui envisage le locuteur bilingue comme un usager pleinement impliqué dans l’emploi de ses ressources linguistiques. Cette méthode sera élaborée à travers une analyse quantitative et qualitative sur corpus, à savoir des corpus de conversations semi-dirigées enregistrées auprès des locuteurs bilingues anglais-français de l’Alberta et du Maine. Dans l’ensemble, les résultats démontrent que cette méthode est fructueuse. Même avec plusieurs restrictions pratiques, il a été possible d’identifier des tendances dans l’usage d’unités faisant l’objet d’alternance codique, tendances qui peuvent être attribuées à ce que l’unité est employée pour exprimer. Notamment, les locuteurs dont les productions sont étudiées semblent produire de l’alternance codique afin de se prévaloir des unités lexicales qui structurent et gèrent l’interaction d’une manière précise, orientent l’interprétation des énoncés et jouent un rôle dans l’entretien des relations interpersonnelles et la protection des faces. De plus, il en ressort que l’alternance codique elle-même est une ressource linguistique qui peut servir à ancrer la visée référentielle. Ces résultats indiquent que non seulement on peut, mais on doit prendre en compte la dimension de l’expression sémantique dans l’étude de l’alternance codique comme une partie constitutive des habitudes de pratique, des compétences communicatives, et ultimement, des expériences vécues des locuteurs bilingues.