Personne :
Paré, Marie-Hélène

En cours de chargement...
Photo de profil
Adresse électronique
Date de naissance
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Fonction
Nom de famille
Paré
Prénom
Marie-Hélène
Affiliation
Université Laval. École de service social
ISNI
ORCID
Identifiant Canadiana
ncf10555404
person.page.name

Résultats de recherche

Voici les éléments 1 - 1 sur 1
  • Publication
    Accès libre
    Analyse multidisciplinaire des fémicides d'honneur au Liban : une approche inductive par la théorisation ancrée
    (2009) Paré, Marie-Hélène; Lindsay, Jocelyn; Comeau, Yvan
    Pourquoi certaines familles décident-elles de tuer leur fille au nom de l'honneur, alors que d'autres s'y objectent? Les femicide d'honneur, ou le crime de filles, conjointes ou de mères ayant souillé l'honneur familial, a été le sujet de spéculations et de débats sans précédent sur la scène internationale depuis les dernières années. Jusqu'à maintenant, la majorité des recherches académiques sur les femicides d'honneur se sont centrées sur les arguments légaux et les orientations théoriques expliquant pourquoi ces femicides se produisent. Cependant, il y a un déficit important de connaissances empiriques sur ce que l'honneur signifie pour les familles, comment l'honneur conditionne la socialisation des enfants des deux sexes et façonne les interactions entre la fratrie, ainsi que les différents scénarios auxquels les familles recourent en cas de déshonneur d'une parente, plus particulièrement leur fille. Cette étude a utilisé la technique du groupe de discussion afin d'explorer ces questions avec un échantillon intentionnel de 56 parents libanais résidant dans les six régions du Liban à l'hiver de 2003. Utilisant la théorisation ancrée, un modèle théorique est présenté lequel décrit et explique les conditions de socialisation des enfants à l'honneur, et les formes que prennent les sanctions parentales en cas de déshonneur. Une majorité de parents (66 %) se sont dits contre l'idée de tuer leur fille en cas de déshonneur. Les scénarios auxquels les familles recourraient advenant un déshonneur comportent des mesures de violence physique (le femicide, l'hymenoplastie ou l'avortement), de violence sociale (le mariage arrangé ou le reniement de l'enfant), et de non-violence, tel le soutien moral ou le recours en justice en cas de viol. Les implications des résultats pour la recherche et l'intervention en travail social international sont soulignées et des mesures afin d'éradiquer la violence commise au nom de l'honneur au Liban sont proposées.