Personne :
Marcoux, Pierre-Étienne

En cours de chargement...
Photo de profil
Adresse électronique
Date de naissance
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Fonction
Nom de famille
Marcoux
Prénom
Pierre-Étienne
Affiliation
Université Laval. Département de biochimie, de microbiologie et de bio-informatique
ISNI
ORCID
Identifiant Canadiana
ncf13687227
person.page.name

Résultats de recherche

Voici les éléments 1 - 1 sur 1
  • Publication
    Accès libre
    Investigation des éléments génomiques impliqués dans la perte de virulence d'Aeromonas salmonicida ssp. salmonicida suite à un stress thermique
    (2021) Marcoux, Pierre-Étienne; Charette, Steve.; Frenette, Michel
    Aeromonas salmonicida ssp. salmonicida est l'agent étiologique de la furonculose chez les salmonidés, spécialement les poissons d'élevage. Les pertes économiques pour l'aquaculture au Québec liées à cette maladie sont considérables. En raison des traitements par antibiotiques, on observe une émergence de souches d'A. salmonicida ssp. salmonicida résistantes aux antibiotiques. C'est pourquoi différentes alternatives, dont la vaccination, sont étudiées afin de prévenir la furonculose. Généralement, les vaccins utilisés injectent des bactéries mortes. En revanche cette méthode peut être laborieuse et inefficace. Ce projet s'intéresse au développement de souches vivantes atténuées qui pourraient être utilisées comme vaccin dans les piscicultures. Des études antérieures ont démontré que la virulence de la bactérie pouvait être atténuée lorsqu'exposée à un stress. Cela est expliqué par la perte des gènes du système de sécrétion de type trois (SSTT), qui ont un rôle essentiel dans la virulence de la bactérie. Cependant, le mécanisme reste encore inconnu et conséquemment, ce projet avait comme principal objectif d'identifier et caractériser les différents éléments génomiques pouvant contribuer à l'instabilité du SSTT. Tout d'abord, plusieurs souches d'A. salmonicida ssp. salmonicida ont été cultivées à 25 °C, ce qui est supérieur à leur température optimale de 18 °C. Les résultats ont révélé que certaines souches pouvaient perdre leur SSTT, mais que d'autres étaient réfractaires à la délétion des gènes malgré leur exposition à un stress. Une analyse génomique de ces différentes souches a permis d'identifier la présence d'un regroupement de gènes qui semble jouer un rôle dans l'instabilité du SSTT. Ces gènes sont retrouvés en majorité chez les souches sensibles et ils sont absents pour les souches réfractaires. Ce regroupement de gènes sera étudié en vue de créer des souches atténuées à partir de souches réfractaires. Ces souches seront ensuite testées sur les poissons pour déterminer l'efficacité de cette approche vaccinale contre la furonculose.