Personne :
Landry, Sarah

En cours de chargement...
Photo de profil
Adresse électronique
Date de naissance
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Fonction
Nom de famille
Landry
Prénom
Sarah
Affiliation
Faculté des sciences de l'éducation, Université Laval
ISNI
ORCID
Identifiant Canadiana
ncf11908968
person.page.name

Résultats de recherche

Voici les éléments 1 - 1 sur 1
  • Publication
    Accès libre
    Favoriser le développement de la pensée sociale par l'étayage du jeu symbolique chez des enfants qui fréquentent la maternelle cinq ans
    (2014) Landry, Sarah; Pagé, Pierre; Bouchard, Caroline
    Cette étude comporte trois objectifs correspondant respectivement aux trois articles composant cette thèse. Le premier de ces objectifs, consiste à dresser un état des connaissances sur le jeu symbolique comme contexte de développement de la pensée sociale et de l’adaptation socioscolaire en maternelle cinq ans. Une recension des écrits a permis de faire une synthèse des connaissances présentant le jeu symbolique comme contexte favorisant le développement de la pensée sociale et de l’adaptation socioscolaire. Le second objectif concerne l’étude des compétences associées à la pensée sociale et de leurs liens prédictifs avec l’adaptation socioscolaire. Pour ce faire, soixante-douze enfants de quatre classes maternelles de la Commission scolaire des Découvreurs ont pris part à un prétest (janvier) incluant trois épreuves individuelles mesurant la pensée sociale (prise de perspective d’autrui, attitude prosociale et capacité de résoudre des problèmes sociaux). Aussi, leurs enseignantes ont complété des questionnaires mesurant quatre dimensions de l’adaptation sociocolaire de leurs élèves (sociabilité, adaptation socioscolaire, problèmes extériorisés et problèmes intériorisés). Les résultats des analyses de régression multiples confirment le caractère multidimensionnel de la pensée sociale et l’associent à la dimension adaptation sociocognitive de l’adaptation socioscolaire. Le troisième objectif consiste à examiner, chez ces mêmes enfants l’effet de l’étayage du jeu symbolique sur le développement de la pensée sociale et de l’adaptation socioscolaire. Pour ce faire, les quatre classes furent divisées pour former un groupe expérimental (N=2) et un groupe témoin (N=2). Les enfants du groupe expérimental (N=34) ont participé à des opportunités relationnelles misant sur l’étayage du jeu symbolique (N=9) qui s’échelonnaient sur une période de trois mois à raison d’environ une rencontre (1 heure) par semaine. Ainsi, au-delà des données récoltées en prétest (janvier), les données amassées avec les mêmes instruments en posttest (mai), ont permis de réaliser des analyses de régression multiples afin d’évaluer les effets de ces opportunités relationnelles pour le développement de la pensée sociale des enfants et de leur adaptation socioscolaire. Les résultats obtenus indiquent qu’au-delà du genre et des résultats en temps 1, l’étayage du jeu symbolique est associé à un score plus élevé à deux mesures de la pensée sociale.