Personne :
Crépin-Bournival, Mathilde

En cours de chargement...
Photo de profil
Adresse électronique
Date de naissance
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Fonction
Nom de famille
Crépin-Bournival
Prénom
Mathilde
Affiliation
Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, Université Laval
ISNI
ORCID
Identifiant Canadiana
ncf11889027
person.page.name

Résultats de recherche

Voici les éléments 1 - 1 sur 1
  • Publication
    Accès libre
    La patrimonialisation des parcs nationaux : aux frontières de la nature et de la culture : le cas du Parc national de la Jacques-Cartier
    (2015) Crépin-Bournival, Mathilde; Mercier, Guy; Berthold, Étienne
    Depuis plusieurs années, les activités anthropiques, alimentées par des technologies plus efficaces et performantes, créent de fortes pressions sur les écosystèmes. En réponse à cette dynamique, la conservation revêt un aspect primordial. Elle vise à assurer la protection des écosystèmes tout en y permettant l’accès, afin de sensibiliser et d’éduquer le public et de favoriser les contacts entre les personnes et la nature. Les politiques de patrimonialisation constituent un aspect clé des processus de conservation des milieux naturels. Elles désignent l’ensemble des actions organisées dans le domaine public en rapport avec la conservation et la mise en valeur du patrimoine naturel. À ce jour, les chercheurs n’ont pas abordé systématiquement les politiques de patrimonialisation des milieux naturels. Ce mémoire cherche à alimenter la réflexion en matière de conservation en posant l’hypothèse que le patrimoine naturel, dans ses mécanismes de constitution, est à l’interface de la nature et la culture. Ainsi, les politiques de patrimonialisation de la nature s’inspireraient des dynamiques de la formation du patrimoine culturel. En effet, désormais bien documentée, la notion de patrimoine culturel constitue une construction qu’effectuent les sociétés pour des motifs économiques, idéologiques et disciplinaires. Reposant sur un fort potentiel discursif, le patrimoine culturel modifie les usages des objets et des lieux en leur retirant leur fonction première et en les encadrant par des politiques nourries par l’idéologie de la conservation. Le mémoire interroge la dynamique des politiques de patrimonialisation des milieux naturels, au Québec, dans le contexte des parcs nationaux. Il prend appui sur une méthodologie qui emprunte à l’analyse des discours et fait appel au cas du parc national de la Jacques-Cartier qui, pendant les années 1970, a été au cœur d’une controverse d’où sont nées les premières législations québécoises en matière de conservation du patrimoine naturel.