Une période de maintenance est prévue mardi 27 février 2024 entre 8h et 10h. Le service CorpusUL ne sera pas disponible pendant cette période. // A maintenance period is planned on Tuesday February 27st 2024 between 8am and 10am. CorpusUL will be unavailable during this time.
Pour savoir comment effectuer et gérer un dépôt de document, consultez le « Guide abrégé – Dépôt de documents » sur le site Web de la Bibliothèque. Pour toute question, écrivez à corpus@ulaval.ca.
 

Personne :
Bouchard, Sébastien

En cours de chargement...
Photo de profil

Adresse électronique

Date de naissance

Projets de recherche

Structures organisationnelles

Fonction

Nom de famille

Bouchard

Prénom

Sébastien

Affiliation

Faculté des lettres, Université Laval

ISNI

ORCID

Identifiant Canadiana

ncf11907484

person.page.name

Résultats de recherche

Voici les éléments 1 - 1 sur 1
En cours de chargement...
Vignette d'image
PublicationAccès libre

La prospérité par la restriction : le discours de la Banque du Canada des années 80

2006, Bouchard, Sébastien, Vallières, Marc

Ce mémoire porte sur le discours de la Banque du Canada durant les années 80. Après avoir exposé les théories néolibérale, keynésienne et marxiste, l'auteur présente rapidement l'histoire monétaire canadienne et la période socio-économique des années 1975 à 1995. L'analyse des rapports annuels de la Banque du Canada des années 80 nous apprend que la Banque admet les effets négatifs de ses politiques, qui ralentissent la croissance économique, augmentent le chômage et amplifient les récessions. Ces effets « à court terme » permettront de soutenir à long terme une croissance non inflationniste. C'est d'ailleurs l'inflation, et non le chômage, qui est présentée comme le grand mal qui cause l'injustice et effrite les sociétés démocratiques, ce qui aurait été le cas lors des traumatisantes années 70. Bien que salaires et profits soient tous deux inflationnistes, les salaires sont systématiquement dénoncés par la Banque comme inflationnistes alors que la croissance des profits est souvent présentée comme positive et stimulant l'investissement. Malgré cette opposition, les employeurs et employés sont invités à lutter « ensemble » contre l'inflation, négative pour tous. La Banque soutient la déréglementation des marchés financiers alors que ces derniers exercent des pressions, souvent spéculatives, qui poussent au durcissement des politiques de la Banque. De leur côté, les « résistances » de l'État ou du « marché du travail » aux pressions des marchés sont dénoncées, car elles augmenteraient le chômage et la stagnation. La Banque dénonce la croissance de l'endettement privé et public canadien, l'endettement public étasunien et celui du Tiers-Monde. Cette croissance, surtout expliquée par l'inflation, est influencée par les politiques restrictives de taux d'intérêt élevés. L'augmentation des paiements d'intérêts qui en découle limite l'endettement privé et accroît l'endettement public. Par contre, la Banque n'admet jamais directement que sa politique monétaire restrictive a augmenté la dette publique canadienne. Enfin, la Banque appuie constamment les banques privées canadiennes, très impliquées dans la Crise de la dette des pays du Tiers-Monde. Cette situation permet de constater le parti pris de la Banque pour le capital et contre le travail, ce qu'elle ne met jamais en relief dans son discours d'orientation néolibérale.