Une période de maintenance est prévue mardi 27 février 2024 entre 8h et 10h. Le service CorpusUL ne sera pas disponible pendant cette période. // A maintenance period is planned on Tuesday February 27st 2024 between 8am and 10am. CorpusUL will be unavailable during this time.
 

Personne :
Levesque, Marianne

En cours de chargement...
Photo de profil

Adresse électronique

Date de naissance

Projets de recherche

Structures organisationnelles

Fonction

Nom de famille

Levesque

Prénom

Marianne

Affiliation

Université Laval. École de psychologie

ISNI

ORCID

Identifiant Canadiana

ncf13673182

person.page.name

Résultats de recherche

Voici les éléments 1 - 1 sur 1
En cours de chargement...
Vignette d'image
PublicationAccès libre

Cognitive Differences between healthy monolingual and bilingual anglophones on the english version of the Dépistage Cognitif de Québec (DCQ) : a new screening tool for atypical dementia

2020, Levesque, Marianne, Ouellet, Marie-Christine, Laforce, Robert

Les capacités cognitives des individus monolingues et des individus bilingues peuvent différer sur diverses tâches cognitives impliquant la mémoire, les fonctions exécutives et le langage. Comme la littérature scientifique est divisée sur ce sujet, il est de plus en plus important de valider les nouveaux outils de dépistage cognitif auprès de l’ensemble de ces groupes linguistiques divers. Dans le cas contraire, les évaluations cognitives pourraient faire l’objet d’une mauvaise interprétation pouvant entraîner des diagnostics erronés. Le Dépistage Cognitif de Québec (DCQ, www.dcqtest.org) est un nouvel outil cognitif récemment développé à la Clinique Interdisciplinaire de Mémoire de Québec (CIME) et conçu spécifiquement pour dépister les démences atypiques. La présente étude avait comme objectif de comparer des personnes âgées et en bonne santé anglophones monolingues et bilingues sur ce nouveau test. Le but était de comparer la performance de ces deux groupes sur leurs scores totaux au DCQ et sur les cinq index de l’outil : mémoire, fonctions visuospatiales, exécutives, langage et comportement. Les résultats ont montré un avantage statistiquement significatif pour les participants bilingues sur l’index du langage, contribuant à un avantage significatif pour ce groupe sur leurs scores totaux au DCQ. Bien que ces différences n’étaient plus significatives après une correction de Bonferroni, cette étude souligne l’importance d’identifier et de caractériser la diversité linguistique avant d’utiliser de nouveaux outils de dépistage en milieu clinique. Les avantages cognitifs potentiels chez les bilingues devraient être considérés lors de l’interprétation des résultats et explicitement discutés dans les rapports neuropsychologiques, même lorsque les études portent sur des adultes en bonne santé. Des études similaires avec des groupes de patients variés et d’autres types d’outils de dépistage cognitif devraient être menées, en particulier pour examiner plus en détail les différences entre les personnes monolingues et bilingues sur les tâches linguistiques.