Personne :
Déry Baillargeon, Judith

En cours de chargement...
Photo de profil
Adresse électronique
Date de naissance
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Fonction
Nom de famille
Déry Baillargeon
Prénom
Judith
Affiliation
Département des fondements et pratiques en éducation, Faculté des sciences de l'éducation, Université Laval
ISNI
ORCID
Identifiant Canadiana
ncf11921694
person.page.name

Résultats de recherche

Voici les éléments 1 - 1 sur 1
  • Publication
    Accès libre
    La reconnaissance des manifestations du sexisme dans les contextes scolaire et professionnel
    (2018) Déry Baillargeon, Judith; Jeanrie, Chantale; Gosselin, Hélène.
    Ce mémoire présente la validation d’un outil sous forme de bandes dessinées visant à mesurer la reconnaissance du sexisme ambivalent (Glick et Fiske, 1996) dans les contextes scolaire et professionnel. Le concept du sexisme ambivalent comprend le sexisme hostile, qui évoque une perception de domination et de supériorité des hommes (Glick et Fiske, 1996), et le sexisme bienveillant, celui-ci reflétant une idéologie confortant les femmes dans les rôles traditionnels, et ce dans une attitude positive. En raison de cette connotation positive, le sexisme bienveillant est plus difficile à reconnaître comme étant du sexisme, contrairement au sexisme hostile. L’outil fut administré à 911 adultes afin d’évaluer si ceux-ci reconnaissent les manifestations de sexisme dans les vignettes de sexisme hostile et bienveillant, et ce en évaluant le degré de sexisme et du caractère agréable de chaque vignette. Les résultats démontrent que les adultes de l’échantillon considèrent les situations de sexisme comme étant sexistes et désagréables pour les femmes. Toutefois, le sexisme bienveillant est évalué comme étant moins sexiste et moins désagréable que le sexisme hostile. Les analyses factorielles démontrent que le sexisme hostile et le sexisme bienveillant sont distincts, mais que la dimensionnalité du sexisme bienveillant n’est pas conforme à la théorie. Comme prévu, les femmes évaluent les situations de sexisme comme étant plus sexistes et plus désagréables que les hommes. Des analyses corrélationnelles ont été réalisées entre le sexisme ambivalent et l’orientation de dominance sociale, la justification du système spécifique au genre et la désirabilité sociale. Conformément aux théories, plus les participants reconnaissent le sexisme, moins ils endossent l’orientation de dominance sociale et la justification du système. La désirabilité sociale influence peu les réponses des participants. La validité de l’outil est donc confirmée. Finalement, les limites du mémoire sont présentées ainsi que les applications possibles de ce questionnaire.