Une période de maintenance est prévue mardi 27 février 2024 entre 8h et 10h. Le service CorpusUL ne sera pas disponible pendant cette période. // A maintenance period is planned on Tuesday February 27st 2024 between 8am and 10am. CorpusUL will be unavailable during this time.
Pour savoir comment effectuer et gérer un dépôt de document, consultez le « Guide abrégé – Dépôt de documents » sur le site Web de la Bibliothèque. Pour toute question, écrivez à corpus@ulaval.ca.
 

Personne :
Kouakou, Amoa

En cours de chargement...
Photo de profil

Adresse électronique

Date de naissance

Projets de recherche

Structures organisationnelles

Fonction

Nom de famille

Kouakou

Prénom

Amoa

Affiliation

Faculté de philosophie, Université Laval

ISNI

ORCID

Identifiant Canadiana

ncf11906707

person.page.name

Résultats de recherche

Voici les éléments 1 - 1 sur 1
  • PublicationAccès libre
    La société mondiale comme problème dans la philosophie politique d'Éric Weil
    (1982) Kouakou, Amoa; Ponton, Lionel
    Dans Sept études sur Eric Weil, Gilbert Kirscher et Jean Quillien considèrent l'oeuvre philosophique d'Eric Weil comme "l'une des plus importantes de la seconde moitié du XXe siècle ". Très pénétré par les grandes philosophies du passé, celles d'Aristote, de Kant et de Hegel, Eric Weil les a en effet repensées en fonction des problèmes contemporains. Ainsi les thèmes de la violence, de la société et de l'Etat sont-ils repris en profondeur et de façon systématique. Cette thèse se propose de faire de ces thèmes une présentation d'ensemble. Une première distinction s'impose entre la société moderne et l'Etat. Toute société est "essentiellement en lutte avec la nature extérieure" et, par conséquent, est une communauté de travail. En plus de posséder ce caractère, la société moderne est moderne parce qu'elle se connaît comme société: elle se veut rationnelle, tournée vers l'efficacité et est inévitablement "calculatrice, matérialiste et mécaniste". En principe, la société moderne est mondiale car les modes de production, de distribution et de maîtrise de la nature ainsi que l'économie sont partout identiques, l'individu dans cette société trouve sa sécurité mais non le sens de son existence. Il est déchiré. De plus la société moderne s'oppose radicalement à l'Etat. Celui-ci est l'organisation d'une communauté historique. Il présente deux aspects. L'Etat moderne est absorbé par des conflit s avec les autres États ou tout au moins engagé dans une compétition qui l'oblige à exiger des citoyens une loyauté totale. A ce point de vue, l'Etat est agressif et autoritaire. Mais il est aussi comme Etat le lieu de l'amitié et, selon l'enseignement des Anciens, celui de la vertu. Ce second aspect est complètement annulé par le premier. La perspective d'institutions mondiales qui prolongeraient la société moderne pourrait cependant, selon Eric Weil, permettre à l'Etat d'assumer son rôle véritable : éduquer à l'universel concret et rendre possible la vie sensée. L'Etat redeviendrait ce qu'était la cité grecque. Seul le point de vue autarcique aurait été abandonné. La société mondiale comporte certes des risques, mais la liberté recherchée justifie qu'on accepte ces risques.