Personne :
Ndong Angoue, Christophe

En cours de chargement...
Photo de profil

Adresse électronique

Date de naissance

Projets de recherche

Structures organisationnelles

Fonction

Nom de famille

Ndong Angoue

Prénom

Christophe

Affiliation

Université Laval. Département d'études sur l'enseignement et l'apprentissage

ISNI

ORCID

Identifiant Canadiana

ncf11852394

person.page.name

Résultats de recherche

Voici les éléments 1 - 1 sur 1
  • PublicationAccès libre
    L'appropriation d'une question socialement vive environnementale portant sur l'exploitation de l'uranium par des enseignantes et enseignants de sciences de la vie et de la terre du secondaire au Gabon : rapport à l'expertise scientifique et aux sciences, dispositions à l'enseignement
    (2015) Ndong Angoue, Christophe; Bader, Barbara; Pouliot, Chantal
    Cette thèse vise à documenter le rapport à l’expertise scientifique et aux sciences d’enseignantes et enseignants de sciences de la vie et de la terre (SVT) du secondaire au Gabon placés en situation d’analyse d’une question socialement vive environnementale (QSVE) mobilisant des experts scientifiques au sujet des conséquences environnementales et sanitaires de l’exploitation de l’uranium au Gabon. Elle s’intéresse également à leurs dispositions à enseigner de telles questions. Dans une perspective socio-épistémologique et didactique, elle s’inscrit en prolongement d’études développées dans le champ des questions socialement vives (QSV) qui invitent à mieux appréhender les enjeux contemporains portant sur l’usage de l’expertise scientifique et sur la prise en charge à l’école des questions de société. Cette thèse mobilise également le cadre théorique du rapport au savoir selon une perspective socio-anthropologique pour interroger la relation de sens des enseignants vis-à-vis des arguments d’experts scientifiques sur une question sensible. Grâce à une analyse thématique des données, la manière dont cinq (5) enseignants (es) se sont approprié cette QSVE durant des entretiens individuels en deux temps (10 entretiens) a été examinée. Le premier entretien a consisté à cerner leurs idées de départ sur la notion d’expertise scientifique et la nature des sciences, sur l’enseignement du thème étudié et sur la question de l’expertise scientifique dans la QSVE étudiée. Le deuxième entretien, plus spécifique, a permis de poursuivre la réflexion à partir d’une cartographie présentant les arguments des principaux experts et acteurs de cette controverse. Les portraits épistémologiques qui se dégagent illustrent que leur rapport à l’expertise scientifique et aux sciences lorsqu’il est contextualisé en fonction d’une question précise tend à valoriser la position de certains experts plutôt que d’autres, tout en mobilisant une conception des sciences plutôt réaliste. En outre, ces derniers bien que disposés dans leur majorité à enseigner les QSVE semblent toutefois relever diverses contraintes (programmes chargés, référents peu nombreux, etc.) ne permettant pas leur prise en charge effective. Ces résultats apportent ainsi un éclairage riche et nuancé sur la manière dont les enseignants face à une QSVE précise se représentent le rôle des experts scientifiques dans la gouvernance des questions sensibles, mais aussi leurs rôles dans la prise en charge scolaire de ces questions.