Les accords de bioprospection favorisent-ils la conservation des ressources génétiques?

Authors: Morin, Jean-Frédéric
Abstract: La Convention sur la diversité biologique vise, entre autres, à favoriser le partage des avantages découlant de l’utilisation des ressources génétiques. L’application du principe de partage des avantages doit notamment contribuer à la conservation de la biodiversité. Toutefois, l’analyse de quelques contrats de bioprospection permet de croire que le partage des avantages, tel que mise en oeuvre jusqu’à présent, ne contribue généralement pas à l’atteinte de cet objectif. En effet, les avantages monétaires et technologiques qui sont partagés ne sont que rarement réinvestis dans la conservation de la biodiversité. Ils sont davantage utilisés pour le développement économique local, pour mousser les relations publiques des utilisateurs ou pour mieux intégrer les fournisseurs aux industries biotechnologiques. Afin d’améliorer la portée environnementale du partage des avantages, il faudrait influencer les modalités négociées entre les fournisseurs et les utilisateurs. Les Lignes Directrices de Bonn sur le partage des avantages représentent un premier pas en ce sens
Document Type: Article de recherche
Issue Date: 1 November 2003
Open Access Date: Restricted access
Document version: AM
Permalink: http://hdl.handle.net/20.500.11794/14701
This document was published in: Revue de droit de l’Université de Sherbrooke, No 34, 307 - 343 (2004)
Université de Sherbrooke. Faculté de droit
Collection:Articles publiés dans des revues avec comité de lecture

Files in this item:
SizeFormat 
Morin -Bioprospection.pdf
525.46 kBAdobe PDF    Request a copy
All documents in CorpusUL are protected by Copyright Act of Canada.